Image représentant le logo de la gazette des Terroirs. Sans aucun lien.

Accueil Articles Archives Régions Commander Contacts





La Gazette des Terroirs



N° 14 Juillet - Août 2005



Sommaire

André Eve, ou la
passion des roses
anciennes

Terroirs Infos
Photos
Carte
Un peu d'histoire



Crédit photos S. Lacroix
"Ghislaine de Féligonde"est un hybride de multiflora obtenu par Turbat en 1916. Ce rosier arbustif, à fleurs doubles au délicat parfum musqué, fleurit plusieurs fois dans l'année. En période de floraison, ses boutons pointus d'un rose orangé vif virent, à l'éclosion, au jaune abricot mûr pour atteindre une blancheur délicate avant la fanaison. Chaque bouquet comporte de 10 à 20 roses. Rosier presque inerme, de culture facile, il se conduit en arbuste libre ou en rosier grimpant.

André Eve, ou la passion des roses anciennes.
À son retour de Damas, au 13ème siècle, Thibault IV rapporta une plante inconnue en France, le rosier. Ce dernier, dénommé gallica "Officinalis" fournira une longue lignée de rosiers. Une forme remontante de cette rose de Damas sera même à l'origine des rosiers remontants de l'Occident.

Le rosier "Officinalis" appelé aussi "Rose des Apothicaires" fut cultivé pour ses vertus médicinales. L'intérêt pour son aspect ornemental ne vint que par la suite. Au 18e siècle, les échanges commerciaux entre l'Orient, la Hollande et la Belgique permettent l'importation de nouvelles roses botaniques d'outre-mer. L'arrivée de ces nouvelles "souches" de roses facilite la multiplication et l'obtention de nouvelles variétés.
Ainsi, le Rosier centifolia ou "Rose Chou" aux cent pétales, naîtra en Hollande. Il sera ensuite introduit à Grasse pour la fabrication de l'essence de rose. Presque stérile, ce rosier donnera pourtant naissance à de multiples mutations comme le rosier mousseux, couvert de mousse verte au niveau de ses sépales et de la tige ou le rosier à feuilles de laitue, centifolia "Bullata".

La passion de l'Impératrice Joséphine qui, dans son jardin de la Malmaison, possédait une très importante collection d'espèces botaniques et variétés horticoles de rosiers, fit de la France le pays de référence pour les roses tout au long du XIXe siècle. Elle avait réuni alors jusqu'à deux cent cinquante variétés, la quasi-totalité des roses connues à l'époque. Elle vécut sa passion en s'entourant d'éminents spécialistes dont le peintre Pierre-Joseph Redouté qui immortalisa certains rosiers de sa collection.

André Éve, lui aussi passionné de roses anciennes, a donné naissance à près de trente roses. Sa collection, débutée modestement dans son jardin de 1000 m2, verra tout de même la visite de plus de 50 000 personnes et sera l'aboutissement de cette passion. Aujourd'hui retraité, il n'en continue pas moins d'assouvir son amour des roses tout d'abord dans son jardin, mais aussi par des conférences, des livres et une nouvelle obtention..., "La rose des Blés". Hybride de Thé, baptisée ce 2 juillet 2005.

Reportage réalisé par Stéphane Lacroix

Ecouter un extrait
La suite de cet article au format CD-Audio sur La Gazette des Terroirs©


Longues Roies Productions © 2001. Tous droits réservés.

L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance des droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Ce site Web a été optimisé pour faciliter la navigation des personnes mal ou non voyantes.