Image représentant le logo de la gazette des Terroirs. Sans aucun lien.

Accueil Articles Archives Régions Commander Contacts





La Gazette des Terroirs



N° 18 Mars - Avril 2006



Sommaire

Filetière,
une vie au service
de la pêche

Portrait
du dernier pêcheur
sur le courant de
Mimizan

Terroirs Infos
Photos
Carte
Un peu d'histoire



Photo d'un complet de travail en velours. Utilisé tous les jours, les vêtements de travail subissent bien des avatars, mais leur durée de vie dépasse les trois ans. Réalisés en 500 raies ou encore en côte jonc, ces vêtements de travail sont d’une grande qualité. Sans aucun lien.
Crédit photos S. Lacroix
Le couralin est une embarcation construite en bois, utilisée de tout temps par les pêcheurs présents sur le courant de Mimizan. Dans les années d'après-guerre, plusieurs de ces bateaux avec deux ou trois hommes à bord croisaient à proximité des côtes à la recherche des bancs de sardines.

Portrait du dernier pêcheur sur le courant de Mimizan.
Au large de Mimizan, dans les Landes, à la fin des années trente, plus de trente-cinq pêcheurs naviguaient à bord de leur couralin, cette fameuse barque en bois.
Profitant d'un accès à l'océan, grâce à un bras de mer appelé "courant" qui se jette dans la mer, les pêcheurs étendaient leurs filets à sardines tout au long de la côte. Ces "courants", ruisseaux vagabonds, se sont vus régulés lors de la mise en place de la politique de fixation des dunes landaises, au début du XVIIIe siècle.

En 1812, le courant de Mimizan débouchait sur l'Océan à la Mailloueyre, soit à 3,5 km plus au sud que son embouchure actuelle. En 1828, la pression des eaux douces de l'étang d'Aureilhan exceptionnellement forte, emporta le barrage de sable fin et le courant, libéré, entraîna sur son passage toute la dune littorale entre son embouchure actuelle et la Mailloueyre. Les travaux de redressement entrepris en 1838, soit 10 ans après le désastre, furent impuissants à contenir une seconde poussée du courant. Seule la digue actuelle, construite en 1880, réussit à maintenir le lit du courant et à sauvegarder la dune littorale.

Jean-Claude Lesgoirres est le dernier des pêcheurs professionnels sur le port de Mimizan. Il est inscrit au registre maritime et toujours en activité. Aujourd'hui, il sort en mer chaque jour pour capturer la sole, le turbot, la dorade, le sar, le marbré, parfois un saumon, ou le bar appelé "loubine" dans les Landes. Au cours de l'hiver, il pêche la civelle dans le courant de Mimizan. Celui-ci, qui se jette dans la mer, peut parfois empêcher la sortie de son bateau. Selon la houle franche, l'orientation du vent et la hauteur des vagues, Jean-Claude Lesgoirres hésite à sortir, l'océan pouvant se révéler très dangereux. Ce d'autant qu'il doit absolument respecter l'horaire des marées, car la présence de bancs de sable dans les passes limite la sortie en mer.
 
Reportage réalisé par Stéphane Lacroix

Ecouter un extrait
La suite de cet article au format CD-Audio sur La Gazette des Terroirs©


Longues Roies Productions © 2001. Tous droits réservés.

L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance des droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Ce site Web a été optimisé pour faciliter la navigation des personnes mal ou non voyantes.