Accueil Articles Archives Régions Commander Contacts





La Gazette des Terroirs



N° 26 Juillet - Août 2007



Sommaire

Escapades
architecturales
en Meuse

Le château
de Commercy
abrita le roi Stanislas Leszczynski.

La chapelle de Menoncourt
et sa source miraculeuse.

Terroirs Infos
Photos
Carte
Un peu d'histoire



Photo du chateau de Commercy, dans le sud-est de la Meuse, le château fut construit au XVIIIe siècle par Germain Boffrand sur les vestiges d'un ancien château médiéval. Sans aucun lien.
Crédit photos S. Lacroix
Situé à Commercy, dans le sud-est de la Meuse, le château fut construit au XVIIIe siècle par Germain Boffrand sur les vestiges d'un ancien château médiéval.

Le château Stanislas.
Le château de Commercy fut construit au début du XVIIIe siècle sur les vestiges d’un ancien château médiéval, sous les ordres de l'architecte Boffrand. La construction était commandée par Charles Henri de Lorraine, comte puis prince de Vaudémont, prince de Commercy, qui était fils de Charles IV duc de Lorraine et de Béatrix de Cusance.

Au milieu du XVIIIe le château et ses jardins abritèrent le roi Stanislas Leszczynski, père de l'épouse de Louis XV, qui venait d'abdiquer du trône de Pologne, le 30 septembre 1736. En 1744, l'architecte lorrain Emmanuel Héré entreprend des travaux commandés par Stanislas. Le musée de Lunéville expose une peinture sur toile qui offre au visiteur une représentation de ce qu'était le château à cette époque. Sur la toile, au premier plan, la place du Fer à Cheval, puis le château et ses jardins, le bassin de Neptune, le grand canal et le pavillon royal à l'arrière plan.

Le château comprend trois corps principaux, sur deux niveaux, recouverts d'ardoises et disposés en forme de "U" autour d'une cour d'honneur. Devant le corps central du bâtiment, un avant-corps doté d'un ordre colossal ionique est couronné par un fronton triangulaire au tympan nu.

Les ailes latérales présentent un seul niveau. L'architecte Emmanuel Héré utilisera cette astuce afin de masquer les écuries à l'aide d'un parement réalisé en bossage continu avec un décor sculpté. Ainsi des pots à feu et des trophées couronnent la balustrade, des têtes de cerfs et de chevaux ornent les arcs des portes. Ces décors rappellent les pavillons bas de la place Stanislas à Nancy, construite également par Emmanuel Héré.

Amateur de lettres et de la bonne chère, Stanislas donnera des réceptions fastueuses dans sa résidence meusienne. Voltaire y séjournera plusieurs mois en 1747, et rédigera "Sémiramis et Nanine". À la mort de Stanislas en 1766, Louis XV ordonna la vente du mobilier et l'abandon de tous les abords du château qui devint un quartier de cavalerie. Jusqu'en 1940, il eut une affectation militaire et servit de caserne à divers régiments, d'intendance, de centre mobilisateur et de logement de sous-officiers. Le 31 août 1944 lors de l'arrivée des Américains, plusieurs incendies ravagèrent la ville dont un qui détruisit le château ne laissant que des ruines.

La municipalité acheta en 1957 les ruines du château pour la somme symbolique de 1.000 F. L'administration des Beaux-Arts classa le bâtiment avant d'entamer la restauration de l'ensemble qui s'acheva en 1977. Depuis, le château abrite plusieurs services de la mairie, la bibliothèque municipale et diverses administrations. Les décors intérieurs ont été entièrement transformés. Dans le corps central il ne subsiste que le grand salon reconstitué lors des dernières restaurations. Il s'ouvre sur la terrasse surplombant le canal des Moulins. L'ancienne courtine médiévale est encore visible depuis la promenade au pied du château. Il s'agit de l'emprise de l'édifice médiéval dont les vestiges subsistent dans les sous-sols. De la terrasse du château, le visiteur peut voir le lavoir construit au milieu du XIXe siècle au bord du canal.


Reportage réalisé par Stéphane Lacroix

Ecouter un extrait
La suite de cet article au format CD-Audio sur La Gazette des Terroirs©


Longues Roies Productions © 2001. Tous droits réservés.

L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance des droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Ce site Web a été optimisé pour faciliter la navigation des personnes mal ou non voyantes.