Image représentant le logo de la gazette des Terroirs. Sans aucun lien.

Accueil Articles Archives Régions Commander Contacts





La Gazette des Terroirs



N° 19 Mai - Juin 2006



Sommaire

La vache
Bordelaise
renaît en
Aquitaine.

Terroirs Infos
Photos
Carte
Un peu d'histoire

Rubrique histoire
La vache Bordelaise, une race pas ordinaire.
Autrefois, il existait la maraise, une vache présente dans la région bordelaise. Cette race rustique croisée avec les races Bretonne pie noir et Hollandaise donnera la Bordelaise. Son lait nourrira bien des générations de bordelais.
La vache Bordelaise apparaît dans les concours régionaux dès 1867, elle acquiert une reconnaissance définitive avec l'ouverture de son livre généalogique en 1898. Outre son aptitude laitière, les cultivateurs appréciaient cette vache pour sa facilité de vêlage et la bonne conformation de ses veaux. Au début du XXè siècle, la Bordelaise se voit supplantée par des races plus prolifiques. Au bord de l'extinction, elle est relancée, grâce au programme de reconstitution entrepris par le Conservatoire des races d'Aquitaine.

Le standard officiel de la Bordelaise indique un format moyen avec une hauteur au garrot de 1,35 m. La tête légère, dotée d'un front carré possède des cornes de forme semi-circulaire dirigées vers le haut. La poitrine haute et assez ample s'harmonise avec des membres fins qui supportent sans problème les 350 voire 400 Kg de l'animal. La robe de la Bordelaise comporte deux couleurs. Le type "pigaillée" voit le corps de la vache se couvrir de mouchetures blanches, quant au type "bayrette", il présente de larges taches noires sur les flancs, avec le dos et le ventre plus ou moins mouchetés.

Les animaux du "Programme Bordelais"(1) n’appartiennent pas à l’ancienne race Bordelaise de race pure. Ils interviennent dans un projet de "reconstitution" de la race initié par l’association "Conservatoire des races d’Aquitaine". Cette dernière ayant constaté lors de ses recherches, que des animaux portant les robes "pigaillées" (typiques du standard traditionnel) et "bayrettes" (connues localement mais hors standard traditionnel) étaient encore présents dans le Sud-Ouest.
Ces animaux sont issus de l’ancienne Bordelaise mais possèdent essentiellement du sang Frison/Holstein et Limousin. On peut espérer fixer à terme une population de tendance plutôt laitière ayant ses caractéristiques propres et possédant les robes typiques de l’ancienne population bordelaise.

En collaboration avec l'Institut de l'Elevage et les conservatoires régionaux du patrimoine biologique, MIDATEST(2) prélève et conserve la semence des taureaux de races à petits effectifs. En coordination avec la Cryobanque Nationale, MIDATEST participe ainsi à la préservation génétique des races Aure et St Girons (ou Casta), Lourdaise, Béarnaise, Gasconne Aréolée (ou Mirandaise), Aubrac souche laitière et Bordelaise(3).


(1) Compte rendu n° 010579083 Institut de l'élevage Paris août 2005

(2) Midatest, l'Union régionale des coopératives d'élevage d'amélioration génétique et d'insémination animale du Sud Ouest, propose la semence de

(3) 7 taureaux dans la race Bordelaise dite nouvelle.



Longues Roies Productions © 2001. Tous droits réservés.

L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance des droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.
Ce site Web a été optimisé pour faciliter la navigation des personnes mal ou non voyantes.